Actuel au Zoo de BÂle

Lors de son assemblée de ce jour, le Grand Conseil a clairement approuvé le plan de construction de l’Ozeanium avec 69 voix contre 13. Ce OUI montre que le projet obtient un large consensus. Le Zoo de Bâle, qui entend avec l’Ozeanium sensibiliser l’opinion publique à la protection des mers, a ainsi réalisé un grand pas sur le chemin qui mènera à sa concrétisation.

Olivier Pagan, directeur du Zoo de Bâle, se réjouit de la décision du Grand Conseil: «Ce qui n’était il y a dix ans qu’une simple ambition se concrétise aujourd’hui au travers du OUI du Grand Conseil. Je suis ravi de constater que le Grand Conseil a reconnu l’opportunité que représente l’Ozeanium pour le Zoo, mais aussi pour Bâle.»

Une opportunité pour la protection de la nature et pour Bâle

Dans la lignée de sa tradition et de sa philosophie de longue date, le Zoo souhaite avec l’Ozeanium susciter l’enthousiasme de ses visiteurs envers les animaux et les sensibiliser à la protection de leurs habitats. D’autre part, le Zoo de Bâle prévoit entre autres des aménagements spéciaux pour les groupes scolaires et travaille en collaboration avec des instituts de recherche renommés comme GEOMAR à Kiel.

L’Ozeanium constituera par ailleurs pour la ville de Bâle une nouvelle exclusivité inédite. En plus de favoriser le tourisme et l’industrie à Bâle, l’Ozeanium, tout comme le Zoo lui-même, élargira encore l’offre de loisirs, éducative et culturelle proposée aux habitants, tout en revalorisant la «zone urbaine oubliée» de la Heuwaage.

Financement entièrement privé

Comme tous les projets du Zoo, l’Ozeanium sera financé au moyen de fonds privés. Le président du Conseil d’administration, Martin Lenz, précise: «L’Ozeanium sera financé par des dons privés et par les fonds personnels du Zoo. La construction et l’exploitation de l’Ozeanium ne coûteront pas un centime aux contribuables.»

L’appel aux dons est en bonne voie. Le Zoo a d’ailleurs récemment annoncé avoir reçu la confirmation d’un don supplémentaire de cinq millions de francs suisses. Avant même la décision du Grand Conseil, le projet de l’Ozeanium était ainsi déjà financé à hauteur de 60%.

Beaucoup d’engagement et de savoir-faire

Le Zoo va désormais poursuivre le processus de planification et travailler à la réalisation du projet. «Je souhaite remercier toute l’équipe du Zoo. Au cours des dernières années, tous ont fait avancer le projet avec beaucoup d’engagement et de savoir-faire. Il faut à présent continuer sur cette lancée afin de saisir cette grande opportunité qui s’offre au Zoo et à la ville de Bâle», a déclaré Martin Lenz.

Les délais de mise en œuvre de l’Ozeanium dépendront néanmoins aussi de l’évolution de la procédure politique. Les organisations ont d’ores et déjà annoncé la tenue d’un référendum. Olivier Pagan voit en cette potentielle campagne de votation une autre opportunité: «Si le débat public permet dès le départ de sensibiliser la population à des thèmes tels que l’éducation à l’environnement et la protection de la nature, ce sera déjà une très bonne chose pour nous. Dans le cadre de notre ambition scientifique, nous informerons et convaincrons la population sur la base de faits et chiffres concrets.