Actuel au Zoo de BÂle

Le brochet-lance à long nez du Zoo de Bâle est un fossile vivant au vrai sens du terme. Âgé d’environ cinquante ans, il est, selon la base de données «FishBase», le plus vieux poisson connu de son espèce.

Personne ne connaît la date de naissance du brochet-lance à long nez qui évolue dans l’aquarium 32. On sait néanmoins que cet habitant du vivarium, aujourd’hui d’un âge canonique, est arrivé au Zoo de Bâle en 1971. Ce jeune poisson mesurait alors dans les 40 cm. Entre-temps, il est devenu un solide gaillard de plus d’un mètre de long. Les brochets-lances vivent dans les eaux des États-Unis, entre le lac Érié et la Floride. Ils sont considérés comme de véritables «fossiles vivants», puisqu’ils partagent certaines caractéristiques avec les tout premiers poissons et que leurs origines remontent à plus de 125 millions d’années. Depuis, ils n’ont pratiquement pas évolué.

Un véritable fossile vivant

Selon la base de données «FishBase», le brochet-lance à long nez est un authentique fossile vivant – dans les deux sens du terme. Le plus ancien exemplaire recensé y figure avec un âge de 36 ans. Notre senior devait avoir dans les quatre ou cinq ans quand il est arrivé au zoo, avant l’ouverture du vivarium, accompagné de deux comparses. À l’état sauvage, les brochets-lances à long nez ne dépassent pas l’âge de 20 ans en conditions normales.

Dinosaures parmi les poissons

Le brochet-lance à long nez vit dans la végétation en partie luxuriante qui borde les lacs, les cours d’eau et les étangs. Il chasse à l’affût, comme le brochet américain «classique». À première vue semblables, ces deux espèces n’ont aucun lien de parenté, même s’il leur arrive de partager le même habitat. Descendant d’une «lignée» ancestrale, le brochet-lance vivait déjà au temps des dinosaures, auxquels il a survécu plus de 65 millions d’années.

Une anatomie originale

Les brochets-lances sont les seuls poissons à posséder une articulation derrière la tête. Ils peuvent ainsi hocher de la tête et la faire pivoter latéralement. Cette agilité présente un grand intérêt pour la chasse. Ces poissons à l’air hargneux capturent leur proie en passant, d’un brusque mouvement latéral de la gueule, allongée et constellée de dents acérées. Leur intestin est en forme de spirale, comme chez le requin ou la raie, et leur vessie natatoire leur tient lieu de poumon. La vessie natatoire des poissons modernes résulte de l’évolution d’un poumon primitif chez le poisson. Le brochet-lance est protégé efficacement des blessures de toute sorte par une épaisse carapace à écailles.