Actuel au Zoo de BÂle

Le 15 novembre, un transporteur quittait le Zoo de Bâle avec un bien lourd chargement: à son bord, la femelle rhinocéros Saar (17 ans), qui a vécu une année et demie au Zoo de Bâle avant de rejoindre son nouveau chez elle, dans un zoo français.

Saar avait déjà créé la sensation à son arrivée au Zoo de Bâle en 2016. De toute l’histoire du Zoo, elle était seulement la deuxième femelle rhinocéros importée à des fins d’élevage sur site. La première importation du genre remontait à 1952, lorsque Joymothi fit les gros titres, à l’instar par la suite de son fils Rudra, le tout premier rhinocéros au monde à être né dans un zoo.

Au Zoo de Bâle, tous espéraient que Saar donne à son tour la vie. Sur l’ensemble de la planète, on ne compte pas plus de 210 rhinocéros dans les zoos ou parcs animaliers. Rares représentants de leurs congénères, dont la survie est menacée à l’état sauvage, ces quelques individus sensibilisent chaque année des millions de visiteurs à l’urgence d’apporter à cette espèce une réelle protection en Inde et au Népal. La préservation des rhinocéros est une véritable course contre la montre. De jour en jour, leur situation est de plus en plus périlleuse en Afrique et en Inde, où les braconniers ont de moins en moins de scrupules.

Depuis 1956, 35 rhinocéros ont vu le jour au Zoo de Bâle. Saar n’a malheureusement pas eu la chance d’avoir un petit. Bien que très calme et sociable, elle n’a jamais vraiment pu s’entendre avec la femelle bâloise Quetta (24 ans) et n’a jamais accepté Oris, le petit de Quetta né en Janvier. Une situation source d’affrontements entre les femelles rhinocéros. En outre, Saar ne manifestait aucun désir de reproduction et ne s’est jamais rapprochée du mâle bâlois Jaffna (23 ans).

Le Zoo Bâle, qui coordonne depuis 1972 le PEE (programme européen d'élevage) du rhinocéros, espère que Saar se trouvera plus d’affinités avec les rhinocéros du Parc Animalier et Botanique de Branféré, et qu’elle aura enfin la joie d’y devenir mère.