Actuel au Zoo de BÂle

Dans le pavillon Australis du Zoo de Bâle, les kangourous ne sont pas les seuls animaux que l’on peut admirer. Il y a aussi les geckos nains par exemple, qui viennent d’emménager dans un tout nouveau terrarium. Ces animaux sont particuliers, car les femelles n’ont pas besoin de mâles pour se reproduire.

Les geckos nains, ou Lepidodactylus lugubri, disposent d’un nouvel habitat. Dans le pavillon Australis, ouvert en 2006 au Zoo de Bâle, le terrarium a été modernisé, tant du point de vue de l’équipement que de la technique. Les visiteurs peuvent à nouveau observer près de cinquante animaux, adultes et subadultes. L’originalité? Ce sont tous des individus femelles. Biologiquement parlant, cette espèce est passionnante, car elle se reproduit par parthénogenèse. Cela signifie que les femelles n’ont besoin d’aucun mâle pour assurer une descendance. Elles pondent des œufs fécondés sans accouplement préalable.

Des avantages et des inconvénients

Pourquoi les geckos nains font-ils ainsi? La parthénogenèse est une méthode de reproduction très efficace. Tous les descendants issus de ce mode de reproduction sont alors des femelles, aptes elles aussi à se reproduire ainsi. Comparés aux êtres vivants se reproduisant sexuellement, les geckos nains peuvent donc avoir deux fois plus de descendants. Cette méthode présente néanmoins un inconvénient, et non des moindres. Elle engendre une lignée génétiquement identique à la mère.

Cela peut s’avérer problématique en cas, par exemple, de maladie susceptible d’être dangereuse pour le patrimoine génétique de ces clones parfaits. Une telle maladie pourrait, en un laps de temps très court, conduire à l’extinction de toute une population née par parthénogenèse. Les descendants issus d’une reproduction sexuelle sont moins exposés à ce type de risque, dans la mesure où ils se distinguent de leurs parents, mais aussi de leurs congénères. L’importance des mâles dans la reproduction est donc parfaitement justifiée. Ils assurent la variabilité génétique de la descendance, et augmentent ainsi les perspectives de survie.

Les jeunes geckos nains ressemblent aux adultes, en plus petits. Ces animaux se nourrissent essentiellement d’insectes et de fruits. Ils sont originaires de l’archipel indo-australien, de nombreuses îles d’Océanie, du Sri Lanka, des îles Nicobar et Andaman ainsi que de la péninsule malaise. Ils ont été introduits par l’homme dans d’autres régions, notamment en Nouvelle-Zélande, dans le nord de l’Amérique du Sud, sur la côte ouest de l’Amérique centrale et dans les îles Galapagos. À l’état sauvage, l’espèce n’est pas considérée comme menacée.