Actuel au Zoo de BÂle

Un nouvel étalon devrait apporter un peu de sang neuf au troupeau d’ânes sauvages de Somalie du Zoo de Bâle. Adam est un animal génétiquement très précieux pour le programme européen d’élevage et de conservation (EEP). Il faudra néanmoins attendre quelque temps avant qu’Adam soit apte à se reproduire. Âgé de dix-huit mois, il est encore un adolescent et, ayant été élevé à la main, il lui reste à faire l’apprentissage du comportement à adopter avec les femelles.

Adam vient de la Réserve de Hai-Bar (Israël) et il a été maintenu quelque temps dans les écuries après son arrivée le 21 septembre. Le nouvel étalon n’est que faiblement apparenté avec le reste de la population européenne, c’est pourquoi il est très important pour la santé génétique de la population placée sous la surveillance de l’homme.

Élevé par les hommes

C’est un très jeune étalon d’à peine dix-huit mois qu’accueille désormais le Zoo de Bâle, plus jeune en tout cas que ses prédécesseurs. Né le 1er août 2015, il a été rejeté par sa mère et donc élevé par les hommes. Adam est ainsi très fortement imprégné par l’homme, un état qui contrairement à ce que l’on pourrait supposer, ne facilite pas la tâche des soigneurs, mais fait plutôt de lui un petit protégé particulièrement difficile: Adam considère les hommes comme des congénères et ce comportement peut s’avérer dangereux dans certaines situations. Il défend sa nourriture ou rue quand il est heureux. Il bouscule les soigneurs lorsqu’il recherche une protection. Si les ânes supportent parfaitement ces bousculades, un homme résiste plus difficilement à une collision avec un animal de 160 kilos.

Une espèce rare, même en captivité

L’âne sauvage de Somalie est une espèce très menacée. À l’état sauvage, il ne reste que quelque 200 individus dispersés en plusieurs petits groupes isolés. Ils sont surtout confrontés au changement climatique et à la menace représentée par les hommes et les animaux domestiques. Ils sont également très rares en captivité, car seuls 50 zoos en abritent actuellement. Le registre d’élevage ne recense que 263 individus, 193 d’entre eux étant sous l’égide du programme européen d’élevage et de conservation EEP (état au 31.12.2015). La base génétique est fragile, car tous les animaux EEP sont issus de l’importation de 17 individus au début des années 70, au Zoo de Bâle (5) et vers Hai Bar (12). Ainsi, toute la population d’ânes sauvages de Somalie placée en captivité descend de ces quelques individus. Ajoutons à cela que seuls quelques ânes sauvages de Somalie (en tout, neuf descendants des douze étalons de Hai-Bar) ont été exportés vers l’Europe.

Adam doit s’intégrer

De grands espoirs sont donc placés dans la capacité d’Adam à assurer bientôt une descendance. Néanmoins, et pour s’intégrer parfaitement au troupeau, il doit d’abord apprendre à se détacher des hommes et à se comporter comme un étalon. Les animaux élevés à la main comme Adam ne présentent pas les meilleures dispositions en matière de reproduction. Toutefois, cet étalon est si génétiquement précieux et parfaitement compatible avec les ânesses bâloises que le Zoo de Bâle est prêt à relever le défi. 

Le Zoo de Bâle soutient le projet de protection

Le Zoo de Bâle ne s’investit pas seulement dans le programme d’élevage, il s’engage aussi pour la protection des ânes sauvages de Somalie dans leur habitat naturel. Le projet Ânes sauvages de Somalie d’Érythrée soutenu par le Zoo de Bâle est un élément important de la protection des ânes sauvages de Somalie. Il apporte de précieuses informations permettant d’étudier la biologie des ânes sauvages et de comprendre leurs besoins particuliers en matière d’habitat. Grâce aux résultats, des mesures de protection des zones peuvent être élaborées. L’objectif est de préserver l’écosystème, de protéger les ânes sauvages et de garantir sur le long terme la disponibilité des ressources alimentaires pour la population locale. Le Zoo de Bâle soutient ce projet depuis 2013.